• Balade de 4 jours

    Nous sommes partis tôt très tôt ce vendredi il fait à peine jour, 6 h du matin. Les sacs ont été préparé la veille. La voiture sera chargée rapidement par P. Pendant que je finis de me débarbouiller, m'habiller, me chausser et nous embarquons. Arrivée à mi chemin de l'entrée de l'autoroute, (nous sommes seulement à 3 km) il se rends compte qu'il lui manque l'appareil photo. Objet utile quand nous partons à la chasse d'un nouveau coin. Demi tour rapide , rebelote, pour mettre les clés dans les serrures, remonter à l'étage, prendre l'indispensable. et refaire le chemin pour atteindre l'entrée de l'autoroute.

    Une heure plus tard bien sur la lancée, voilà qu'il se rends compte qu'il a oublié le GPS, outil indispensable dans les randos. Bon pas grave, ça va lui manquer, mais faudra faire avec. Nous sommes sur une bonne lancée, le retour sera un peu difficile. Sur la route, je m'endors un peu. Le jour se lève, un petit soleil à l'horizon va t il nous tenir compagnie pour la journée ???

    Il est 10 h, nous prenons la sortie d'autoroute Brignoles. Roulons jusqu'à Flassanc sur Issole et marcherons une bonne partie de la matinée jusqu'à 14 h notre retour , dans les bois et chemins alentours. Nous sommes proches de l'autoroute entendons, les voitures et autres véhicules passaient à toutes vitesses.
    Notre balade sera de 16 kms 4 heures de marche,

    Nous remontons en voiture et partons sur La Garde Freinet, ou nous allons logés en gite d'étape au hameau de la cours. Il y a la cours haute et la cours basse. Ah oui la basse cours c'est le thème du lieu, de notre logement. Bien sur c'est Pâques, et il y a beaucoup d'images ou décorations qui représentent une basse cours. Avec les cocottes, les poussins et leur coq. Avant d'être reçus nous attendons un petit peu, nous avons tapés à la porte, ouvert personne dans les lieux, juste le chat qui se chauffe au coin du poele à bois. Nous ressortons aussitôt attendons dans la voiture, une petite pause, un encas, une lecture, revue ou livre.

    Un homme approche de la voiture, c'est le mari de la dame, ils sont là, mais nous avez pas entendus, bien sur l'heure de la sieste est sacré dans ces campagnes lointaines des villes ou villages. Ou les paysans se lèvent tôt, pour gratter la terre ou donner à manger aux bétails avant les fortes chaleurs de la journée.

    Nous découvrons notre intérieur pour 3 nuits et 4 jours, journée qui seront bien remplies par de longues balades à l'extérieur.
    Mme nous offre une collation de bienvenue, Mr sort s'occuper du bois en contre bas du jardin. Elle nous fait visiter l'intérieur, et nous donne des consignes. Ce qui n'est pas dans nos habitudes c'est que  nous allons vivre avec la famille. Le couple simplement qui vit là à l'année. Nous avons les lieux , la cuisine à disposition et une chambre au second, chambre au dessus de la leur.

    La maison est toute petite, une vraie maison de poupée, tout s'y mêle méli-mélo. Bibelots, vaisselles, meubles de rangements, électroménagers pour le rez de chaussée, Un premier accessible par un escalier qui mène à leur chambre, sur le même palier salle de bain, et wc.

    Nous arrivons au second, par l'escalier en spirale. Nous visitons notre petite chambre. Deux lits accolés qui feront un bon 160, mes draps seront trop petits mais pour l'occasion ça suffira. Se trouve aussi, deux lits superposés ce qu'il fait encore 4 couchages en 90, et un petit lit enfant au pied du nord. Ainsi que quelqu'une armoire de rangement entre les deux, une étagère au fond de l'un, et une table de nuit à chaque bout du notre qui fera affaire pour tout ranger. Sur le palier comme au premier, salle de bain, w.c.
    Cette maison doit bien faire entre 60 ou 70 m2 sur trois surfaces. mimi logis !

    Notre repas du soir sera pris à 18 h après une bonne douche. 20 h au dodo, bonne nuit les petits à plus tard. au prochain épisode.

     

     

     

    Bonjour à vous toutes , vous qui me lisez
    Le weekend de Pâques est bien passé, loin derrière nous, je continue à me remémorer
    Réveil dans ce lieu enchanteur,
    Tout est authentique, fais de bois et de pierre, meubles rustiques, armoire de chêne, lits en fer forgés.
    Petite lampe de chevet de chaque côté de nos lits qui illuminent suffisamment nos lectures.
    Nous sommes sous une bonne épaisseur de couette que c'est agréable.
    La petit fenêtre qui nous donne à peine le jour. Fera t il ou pas beau ?
    Je m'étire, sors de sous la couette regarde par la fenêtre, un beau brouillard, prévu !
    Passons à la pièce à côté qui est la salle de bain, pour nous débarbouiller et un petit tour aux toilettes.
    Descendons doucement l'escalier, qui au second nous devons être prudent si pas habituer au virage, les marches en pierre se sont un peu affaissée, par le temps et les passages innombrables.
    Caramel le chat, nous dis bonjour d'un miaulement, et d'une caresse sur nos jambes.


    Nous passons à la cuisine, prise d'un fruit ou plusieurs, banane, pomme, kiwi, poire. Finissons de remplir nos sacs pour le pique nique de midi qui est aussi composé de fruits frais et secs ainsi que d'une gourde d'eau.
    Nous voilà partis, plus au sud vers la mer à la recherche d'un petit soleil, c'était le but du weekend.
    Il y a un petit brouillard matinale qui va rapidement se dissiper.
    Nous roulons en direction de Cavalaire sur Mer, Arrivée proche du petit village, nous sommes à la recherche d'une place de parking. Nous nous enfonçons dans les ruelles puis des impasses qui s'avèrent en faite, des endroits ou sont de belles propriétés, pas moyen de trouver une place de parking gratuite, sans voir juste en bordure du jardin ou proche de l'entrée Propriété Privée.
    Nous redescendons bredouille plus vers le centre, nous voyons direction parking municipal. En ce matin beaucoup de places  libres. Parking municipal payant, mais en cette saison, pas de pacmètre. Nous prenons nos sacs nous dirigeons vers la plage proche à 700 m. 

     

    Nous trouverons des sentiers en bordure de mer, celui ci au dessus et juste à quelques 500 m à l'entrée du passage indiqué, magnifique couleurs. Nous allons nous promener en vallon. Tantôt en bord de l'eau , tantôt sur des petites collines. Nous ne ferons pas beaucoup de dénivelé. Le soleil nous rendra visite juste au moment de midi , installer sur les roches , nous sommes aussi accompagnés d'une belle mouette.

    Nous ne sommes pas seuls. En cette belle journée, le soleil est là, des randonneurs avec ou sans baton, que nous croiserons, de tous âges, de tous horizons en cette saison, jeunes ou  moins jeunes.

    Notre but est de faire une belle boucle, qui ne se fera pas, puisque arrivé en bout du chemin, et barré par les grosses dernières pluies, la mer monte ou descends et gêne pour le passage des piètons.

    Nous allons chercher un petit peu un passage vers les hauteurs, mais rien qui se présente, juste une bonne rivière qui se jette à  l'eau, que nous ne traverserons pas , puisque ne connaissant pas la profondeur.

    Retour par le même chemin, ce qui ne plait pas à mon homme. Faudra bien accepter, puisqu'il n'y a pas d'autres solutions de passage. Il en oublie que je n'ai pas la même vitesse de croisière. Le voilà parti devant lui, sur une émotion de colère ou autre. Je dois le suivre d'un bon pas et me fatigue. Il a quand même le geste de m'attendre à des endroits de croisement, ou de me proposer un peu d'eau avec cette chaleur humide. Je lui dis Merci pour l'intention, seulement je préfère arrivée à un endroit plus tranquille et plat ou je reprendrai mon souffle.

    Je lui fais quand même remarquer, qu'il a filé comme un lièvre à travers les guarrigues et en à un peu oublié qu'il n'était pas seul. Il le reconnait !

    Nous continuons sur un chemin plus large, Nous avions le choix. Direction 1 h 30 par la plage mais sentiers plus tortueux, ou caillouteux. ou 2 h par un sentier plus large et carrossable en terre.

    Je choisis le plus long, plus large et plus équilibré pour reprendre mon souffle et être plus tranquille.

    Ce qui n'empêche pas à un moment donné, de se trouver face à l'entrée d'une propriété privée, le sentier en terre et juste là, qui longe le mur de la propriété. Chemin inondé qui est devenu un petit ruisseau. Nous sautons comme les grenouilles de pierre en pierre pour préserver le cuir de nos chaussures de montagne. Le plus amusant croisé un jeune couple en vélo tout terrain. Après ce passage qui mets de l'animation sur le terrain, à crapahuter le bout du chemin arrive. Comme tout difficulté à son bout, comme tout tunnel trouve la Lumière au bout. Nous voici à l'air libre, loin de ces roches, de ces branches, qui nous barrés par endroit le passage. Nous cheminons d'un pas plus alerte sur la plage de Cavalaire

    plage de Cavalaire sur mer

    en dessous le petit village de Cavalaire

    Nous voilà, content de notre rando du jour, nous retournons à la voiture, nous déchaussons, mettons nos pieds à l'aise, rangeons le tout et roulons à nouveau en direction de notre gite, qui se situe à la Garde Freinet. Merci pour cette agréable journée et ce petit soleil qui nous a accompagné pour la journée.

     

     

    Bonjour à vous toutes qui me lisez

    Après une bonne nuit réparatrice. Un bon petit déjeuner , nous voilà à nouveau frais et dispo pour un départ. Vers le village de Pignans, nous allons emprunter une route sineuse, avec des virages et de belles forêts qui nous fera de l'ombre sur la route.

    Après 3 bonnes heures de marche matinale, nous voici arrivés à N.D. des Anges.

    Le cloitre

    Notre Dame des Anges vu de l'extérieur

    A voir de plus près ou sur le net, il y a de belles croyances qui circulent.

    Notre Dame des Anges tout en haut de la colline qui surplombe la vallée de Pignans et villages alentours.

    Panorama depuis N.D. nous empruterons les petits sentiers qui descendent sur le village de Pignans. Nous rencontrerons des groupes de randonneurs, mais le plus souvent calme. Quelques cyclistes qui s'adonnent à leur passion, seul ou en groupes. Il fait un temps magnifique, beau soleil, point de vue ouvert en 360° que de belles images à partager.

    A N.D. nous sommes accueillis par les soeurs et frères franciscains, qui sont là, pour la sauvegarde de leur patrimoine qui a été restaurer, il y a un peu moins de 100 ans, et encore et toujours des miracles.

    Nous avons fait 6 heures de marche pour 24 kms. Sommes rentrés contents de cette journée. Caramel nous attendais avec ses copains du hameau de la cours basse. Nous avons fait le tour du propriétaire. De belles maisons d'un autre temps en cours , toutes plus ou moins en restauration.

    Nous montons prendre une bonne douche rafraichissante.

    Encore une nuit et partirons le lendemain au petit matin.

    Mr et Mme nous raconte les mésaventures de l'hiver dernier. Pour eux 10 cm de neige et des journées de gel, sont bons pour rester bloqués dans leurs maisons. Ils n'en revenaient pas, d'une saison aussi froide. C'est sur que même à 6 kms du plus proche village, quand vient un temps mauvais, les simples gens sont comme au bout du monde.

    Notre repas se composera d'une bonne potée de pommes de terre écrasées avec un filet d'huile , une salade de crudité (carottes, tomates, concombres, persil, avocat, olives noires) d'un crottin de chèvres et pour le dessert Mme nous offrira une part de gâteau de Pâques.

    Pour le lendemain , le temps ne sera pas avec nous. Nous avons préféré malgré tout rebrousser chemin au moment de midi. Sur le col s'annoncait un bon brouillard, qui annonçait peut être dans l'après midi quelques averses. Nous avons pour une matinée marché 3 heures pour 12 kms. Nous étions dans les hauteurs du hameau.

    Ayant un peu d'avance sur le temps du retour.

    Nous avons pris des routes secondaires avec voie conseillée plutôt que l'autoroute qui nous menait directement chez nous.

    Pour l'occasion nous avons fait un détours par Fontaine de Vaucluse. Petit village que certaines connaissent de près ou de loin, pour l'avoir visiter ou vue sur les forums ou le blog grâce à nos amies.

    Merci de votre lecture, merci de votre présence, je vous dis à bientôt ! Jadlyne

     

     http://www.hellocoton.fr/mapage/jadlyne

     


    22 commentaires
  • Aujourd'hui pas de balade il a décidé soit le temps, soit qu'il peaufine son site

    j'ai trouvé le blog de réussir sa vie, ou chemin de vie de Dominique Jeanneret, et blog à milo que je lis.

    Il me plaise tous, j'aurai besoin d'en faire autant.

    Je trouve que le blog à Marie boff je mets des idées, des tuyaux et aucune réponse

    bon j'attends quoi ! a t il était vu ou lu bof, D'ailleurs je n'attends plus rien, je fais point

    Hier j'ai eu des nouvelles de Asel, elle a eu le colis de livres trop contente, elle aussi

    Elle aura de la belle lecture en français, je vais lui en envoyé un autre, mi-novembre

    Je pars demain pour ma ville, vois le fils, qui lui se vide, se vide de tout, diarrhés et envie de vomir

    Gisèle m'a donné une bonne idée courrier qu'elle m'a envoyé le 2 novembre

     

    Pour  ton  fils  effectivement,  qu'il  ait  eu  la  diarrhée  ou  qu'il  ait  vomit,  c'est  du  à  la  même  émotion  "La  COLERE"   !!!La  colère  est  une  énergie  FEU,  qui  correspond  au  pancréas, symboliquement,  et  au  foie.
    Soit  elle  passe  par  le  circuit  interne,  et  le  foie  et  le  pancréas  déclenchent  a  diarrhée.Soit  elle  monte,  et  on  "vomit"  sa  colère,  sa  rancoeur...
    Il  a  donc  lâché  sa  colère,  tout  ou  partie  de  sa  colère.  Car  tant  qu'il  ne  prendra  pas  en  responsabilité,  que  c'està  lui,  et  non  plus  à  toi,  de  le  "nourrir",  dans  tous  les  domaines,  il  aura  de  la  colère  contre  toi.
    Car  il  ne  veut  pas  prendre  conscience,  qu'il  a  de  la  colère  contre  lui-même.  Tu  as  raison,  il  se  trouve  lâche,  etpréfère  te  jeter  dessus,  cet  adjectif,  que  de  se  le  dire  à  lui-même.  Tu  as  bien  analysé  sa  réaction.
    Que  faire  pour  qu'il  se  décide  à  se  prendre  en  responsabilité,  et  travailler  ?J'espère  qu'il  aura  l'honnêteté,  de  se  dévoiler  à  sa  psy,  et  qu'elle  pourra  lui  faire  faire  un  "déclic",  pour  qu'il  prennesa  vie  en  mains.  Car  j'ai  bien  l'impression,  que  de  ton  côté,  tu  ne  peux  pas  faire  grand-chose  pour  l'aider,  à  fairedes  prises  de  conscience,  tant  qu'il  ne  veut  pas.
    Espérons  que  lorsque  "le  loup  aura  faim,  il  sortira  du  bois".  Ne  se  rend-t-il  pas  compte  que  dans  notre  société, tout  le  monde  travaille  pour  se  nourrir,  se  prendre  en  charge  ?  Et  qu'il  ne  pourra  pas  y  échapper,  toute  sa  vie.
    Ah,  ces  pères  manquants,  si  ils  savaient  le  mal  qu'ils  font  à  leurs  enfants,  en  ne  s'en  occupant  pas.

    Tu  as  le  rôle  le  plus  difficile,  Salomé,  faire  le  père  et  la  mère,  en  même  temps.  J'admire  ton  courage.Pour  l'instant,  je  n'ai  pas  de  solutions,  d'idées  à  te  proposer,  mais  si  il  m'en  vient  une,  je  te  la  communiquerai.
    Comme toujours elle écris , elle écris l'amie virtuelle du forum de Marie qui habite Vienne en Isèrej'écris , elle écris , elle réponds , c'est tout bon ! il y a un échange , un dialogue. De même pour Papotage.
    J'apprécie mieux FA, mais ça bug parfois, même si c'est pas la même personne qui répons il y a toujours quelqu'un qui réponds ou qui est au portillon.
    j'espère que je vais continuer à écrire, il a décidé que nous irions chez Marie, il fait nuageux aujourd'hui. J'ai préparé une boite d'oeufs, mais j'en garde un pour la crique. Elle doit être contente du four. Il me donne l'autorisation de transmettre les coordonnés du site qui est en chantier, alors je vais le faire, pour Asel.
    Il est midi Pierre téléphone à Marie. Elle demande la laine layette pour faire des vêtements pour bébés. je vais voir, si j'en ai , si elles ne sont pas toutes parties vers chez moi.

    http://www.chemindevie.net/article-758881.html

    Quand je lis cette histoire sur le blog de Dominique

    je repense à l'angoisse et l'anxiété de maman, qu'est ce qu'elle nous en a fait voir, de ses peurs et angoisses

    J'ai appris que son père battait devant les enfants, sa seconde femme, la maman de MT, bien sur qu'elle a du avoir peur.

     

    «Chaque souffrance est là pour nous faire grandir»

    mais a quel prix, le prix du lâcher prise

    lâcher ses douleurs, lâcher ses peurs, lâcher ses angoisses.

    quand Benoit retrouvera ou trouvera du moins son chemin, son chemin de vie et de paix, il ira beaucoup mieux dans sa tête et son corps en entendant, il crois avoir raison, il se bûte.

     je viens de lire les récits de cocolecyclo, qui a fini la diagonale des fous à la Réunion, vraiment un truc de fou, mais il l'a fait , c'est un champion et une première pour lui. Bravo

     Je pars à la douche Pierre donne le signa l départ à 14 h pour chez Marie avec des pelottes de laine pour des  layettes. Bon dimanche avec les grenouilles. bel après midi. Bisou


    votre commentaire
  • Aujourd'hui Ste Rosalie

    Je lis ceci sur psychologie.com

    http://forum.psychologies.com/psychologiescom/Mieux-se-connaitre/quand-amitie-trahison-sujet_2518_1.htm

    qui me parle bien sur l'amitié

    Bonsoir à toutes et à tous !

    Il s'agit ici d'un déterrage de post, mais je tiens à partager mon vécu ici, afin d'aider les gens "délaissés" par des amis à comprendre cet acte.

    Car il faut bien l'avouer, je suis moi-même un "abandonneur", et j'ai conscience de faire très probablement du mal.

    Mais cela n'est pas par plaisir, loin de là. C'est extrêmement difficile de faire ce genre de choix. Et aussi d'expliquer le fin fond de sa pensée.

    Première chose : si vous êtes abandonné par un ami, ne rejetez absolument pas la faute sur vous ; vous n'y êtes pas forcément pour quelque chose. Au contraire.

    Votre ami a peut-être eu un passé douloureux et difficile, dont il ne veut absolument , sous aucun prétexte et pour rien au monde, en parler à personne, pas même à vous, pas même à lui-même.

    Un passé qui ferait que, dès son plus jeune âge, il s'est senti profondément délaissé, sans amour, trahi par les siens, par ses propres parents, par son propre frère, par sa propre famille toute entière.

    Frappé, humilié.

    Bref, un passé qui aurait fait voler tout ses repères en éclats.

    Ce passé qui l'a peut-être aussi forgé, l'a aidé à devenir fort (en tout cas à montrer une figure forte, qui ne laisse rien transparaître de ce passé) face aux coups durs de la vie d'adulte.

    Mais, revers de la médaille d'une auto-éducation faite sur les bases d'un "ton meilleur ami c'est toi / l'enfer c'est les autres / ne compte que sur toi-même pour y arriver"... qui s'est tellement acharné à s'insensibiliser à toute relation humaine (contre le pire mais, cela va de paire, aussi contre le meilleur), qu'il ne peut plus, malgré tous ses efforts, ressentir d'amour ni pour autrui, ni pour lui-même.

    Qu'il trouve illégitime l'amour qu'on pourrait lui porter, et qui donc, la refuse (on ne peut pas prendre si on ne donne pas).

    Peut-être que le seul vrai sentiment que votre ami ressent vraiment, au fond de lui-même, c'est un sentiment de vide incommensurable, que rien ni personne ne pourra jamais combler.
    Peut-être qu'au fond de lui-même, votre ami se sent comme... déjà mort.

    Et peut-être que, conscient d'être un monstre incapable d'amour, votre ami a souhaité couper les ponts pour vous protéger de lui-même, car tôt ou tard, tout finit par craquer.

    Peut-être que votre ami préfèrerait ne pas vous voir à son enterrement, vous sachant dire "Il m'a abandonné, il a eu que ce qu'il mérite", plutôt que de vous voir le pleurer, dans un état de détresse affreux suite à sa disparition.

    Et si votre ami ne veut pas s'expliquer sur le pourquoi de son geste ?
    Peut-être qu'il se rend compte que son point de vue, totalement logique pour lui-même, ne l'est absolument pas pour vous, et que le mur de l'incompréhension qu'il voit se dresser est tel qu'il a renoncé à toute explication.

    Ce qui me parle un peu beaucoup de ce que j'ai vécu moi même

    mais pourquoi toujours tourner autour de sa personne ?

    Etre fort à tout prix et se rendre compte que notre carapace se craquelle et ne pas montrer sa faiblesse, ce que nous sommes vraiment. Petit à petit l'enfant grandira, mais à quel prix, avec quel amour. Sans amour je l'avais bien compris, nous sommes morts, comme des zombies des morts vivants. Je ne me suis pas sentie aimer, alors comment aimé son enfant et son ami, qui lui m''aime telle que je suis vraiment ? je m'en pose la question, il ne sait pas ce que j'ai vécu, et ne sait rien de lui non plus, sommes nous deux écorchés vifs ?

    Je trouve aussi ceci qui me parle bien

    sur le lâcher prise à lire et relire

    http://blogs.psychologies.com/chantoux/lacher-prise-13735/lacher-prise-112003.html

     

    Le Lâcher prise

    C'est donc, de toute évidence, l'opposé du contrôle, aussi bien sur les événements que sur autrui. C'est aussi admettre que, dans telle ou telle circonstance, il n'est, pour l'instant, pas utile d'agir mais plutôt de laisser (décanter) afin de réduire la pression extérieure et intérieure. Le but est de dédramatiser. Pour ce faire, il est nécessaire de modifier notre perception de la situation par une analyse plus tolérante. Le lâcher prise c'est adapter nos attentes à ce qui est possible; c'est accepter, chez l'autre, la différence de point de vue, de comportement, plutôt que de vouloir le changer. C'est prendre notre place en lui laissant la sienne, souffrir sa désapprobation comme il tolère la nôtre. Enfin lui accorder, aussi bien qu'à soi-même, le baume de l'indulgence.

    Le contraire du lâcher prise c'est opposer, face à un événement ou à quelqu'un, une résistance démesurée, et, parfois, jusqu'à la confrontation toujours dommageable. C'est aller jusqu'à l'évitement, voire la négation de quelque chose ou de quelqu'un. Si ce comportement rigide, faisant fi de la liberté de l'autre et prompt à le blâmer, conduit inévitablement à un combat stérile et toujours source de tensions, le laisser aller n'est pas non plus la panacée; la croyance en une solution magique à tous ses problèmes reste une utopie.

    Pourquoi lâcher prise?
    Tout simplement pour économiser son énergie, l'investir autre part que dans une lutte jamais exempte de séquelles, quel que soit l'adversaire, et se concentrer sur le présent. Avoir pour l'autre une attention bienveillante et prêcher ainsi par l'exemple est une composante du lâcher-prise. Il en résulte une satisfaction qui éloigne tout sentiement de culpabilité et permet de retrouver la sérénité et la paix.
    Quand lâcher prise?
    L'exemple retenu est le suivant: votre appareil photo se brise ce qui engendre la colère et la frustration. Faut-il, pour cela, gâcher ses vacances? Une solution: acheter de jolies cartes postales et se réjoir de ne pas être encombré tout en se promettant de voyager désormais avec une seconde caméra. Dès qu'on réalise qu'on n'a plus le contrôle, que l'on n'y peut rien, que des émotions telles que la haine, la rancune, le ressentiment, la soif de vengeance, nous envahissent; lorsqu'on a tant de choses à faire qu'on souhaiterait des journées de 36h ou l'aide d'un clone... Alors, il est temps de lâcher prise.
    Les obstacles au lâcher prise s'expriment dans des croyances injustifiées: (je dois... il faut) comme si on était le ou la seule à pouvoir régler le problème. Il en est de même lorsqu'on veut à tout prix s'en sortir seul(e) par crainte de déranger les autres. L'origine même est souvent la peur: peur de manquer de quelque chose, de perdre le contrôle, ou tout simplement d'accepter l'inconnu... d'oû la tentation de refuser ce qui n'est pas conforme à nos désirs.
    Comment lâcher prise?
    Il est nécessaire de prendre un peu de recul pour une réelle prise de conscience de la situation. Se concentrer sur le présent et arrêter de ressasser des souvenirs pénibles. Admettre qu'il y a toujours des zones d'ombre, des informations qui nous échappent, que nous ne comprenons pas tout et que nos craintes ne sont souvent qu'hypothétiques, en somme re-la-ti-vi-ser! D'oû l'intérêt d'apprendre à laisser tomber certaines choses et adapter nos attentes avec des objectifs réalistes. Enfin, savoir assumer sa part de responsabilité tout en acceptant les limites inhérentes à chaque être humain. Des solutions concrètes s'offrent à nous pour décompresser; un nouvel apprentissage, une activité psysique, se rapeller ses réussites. Enfin, s'accorder une plage, certes de (chialage) mais aussi de rire!.. Pour terminer, savoir lâcher prise est un apprentissage dont le cheminement passe par la pré contemplation, la contemplation suivie de l'action. Le plus difficile est d'en faire une habitude parfois rompue par des rechutes qui ne signifient nullement l'échec mais la difficulté d'un parcours toujours semé d'embûches que l'on peut, sinon abolir, au moins... contourner.
    Merci - Chantoux

     

     


    votre commentaire
  •  

    Week end du 28 29 30 juillet à Lus la croix haute

    http://www.vaucluse-visites-virtuelles.com/glvirtualbluepopouts/lus-la-croix-haute.html

     

    je colle le lien ce sera mieux pour m'en souvenir ! Vous.

     

    Lus-la-Croix-Haute est un petit village français, situé dans le département de la Drôme et la région du Rhône-Alpes. Ses habitants sont appelés les Lussois et les Lussoises.
    La commune s'étend sur 87,2 km² et compte 507 habitants depuis le dernier recensement de la population datant de 2005. Avec une densité de 5,8 habitants par km², Lus-la-Croix-Haute a connu une nette hausse de 15,5% de sa population par rapport à 1999.
    Entouré par les communes de Saint-Julien-en-Beauchêne, Glandage et Montbrand, Lus-la-Croix-Haute est situé à 32 km au Nord-Ouest de Gap la plus grande ville des environs.
    Situé à 1 024 mètres d'altitude, La rivière le buëch, le Ruisseau de la Croix-Haute, le Ruisseau de Bourgeneuf sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune de Lus-la-Croix-Haute.
    La commune est proche du parc naturel régional du Vercors à environ 9 km.
    Le maire de Lus-la-Croix-Haute se nomme madame Ginette CARMEL.

    Pour toutes vos démarches administratives, vous pouvez vous rendre à la mairie de Lus-la-Croix-Haute le Village aux horaires d'ouverture indiqués sur cette page. vous pouvez aussi contacter la mairie par téléphone ou par courrier électronique en utilisant l'adresse e-mail de la mairie indiquée ci-dessous.

     

     

     

     


    1 commentaire
  •  

     

     

    Je vous raconte ma journée de dimanche, bon comme tous les dimanche, Il est 7 h du mat' le jour pointe à peine. Bien sur pas toujours envie de sortir de mon trou de marmotte

    Je suis la marmotte car je dors beaucoup, c'est une façon de récupérer de la fatigue

    mais de quelle fatigue parles je ?

    Lui c'est l'écureuil toujours des plans sur la comète, toujours en vadrouille !

    Dimanche comme certains dimanches surtout quand il fait beau soleil et que ça ne vaut pas le coup de rester au fond de son lit, et que nous sommes en tandem, deux pour la cause. Préparation rapide des affaires,

    cartes, boussole, topo, circuit, pique nique qui se compose de fruits frais et secs surtout facile pour le midi et un couteau

    Nous avons une bonne heure de route, avant notre arrivée sur le lieu

    ce qui me laisse un réveil en douce, et voir le soleil sortir de derrière un nuage

    Arrivé sur les lieux d'un parking qui est surtout réservé à l'ONF

    Oh je lui dis, c'est dimanche ces messieurs les fonctionnaires de l'ONF ne travaille pas le dimanche

    Nous arrivons sur le parking du hameau Castel Arnaud, bâtons, chaussures mises au pied et partons d'un bon pied

    Nous nous dirigeons vers le village de La Chaudière, qui porte bien son nom puisqu'il y a une source d'eau chaude pas très loin, et qu'il fait très chaud en été. Les plus téméraires montent au col de la chaudière, qui rejoints les 3 becs.

    Au village de la chaudière tout petit village de 22 habitants donc détail ci joint

     

    La Chaudière est un petit village français, situé dans le département de la Drôme et la région du Rhône-Alpes. Ses habitants sont appelés les Chaudièrois et les Chaudièroises.
    La commune s'étend sur 12,2 km² et compte 22 habitants depuis le dernier recensement de la population. Avec une densité de 1,8 habitants par km², La Chaudière a connu une nette hausse de 29,4% de sa population par rapport à 1999. Entouré par les communes de Rochefourchat, Chastel-Arnaud et Bézaudun-sur-Bîne, La Chaudière est situé à 38 km au Nord-Est de Montélimar la plus grande ville des environs. Le maire de la Chaudière se nomme monsieur MARCHAND Claude Pie.
    Situé à 883 mètres d'altitude, La rivière la bine, le Ruisseau de Betton, le Ruisseau des Bellieux sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune de la Chaudière.
    La commune est proche du parc naturel régional du Vercors à environ 16 km.


    Petit tour du propriétaire rapide, une poste , téléphone original pour le coin, une fontaine, un coin si proche de notre époque et conservé à l'état pur l'authentique de nos ancestres. Maisons de pierre, outils de nos anciens, granges ou il manque le blé et les outils de nos aieuls. Quelques vaches, veaux, cochons, poules qui doivent exister dans un coin de ces murs

     

     

    Nous marchons accompagnés d'une mascotte qui a bien voulu, nous suivre, un chien qui doit bien être grand père depuis le temps, quelques poids blancs tâches un peu son museau, que Pierre appellera « Fout le camp » et quand nous dirons « Fout le camp » viens ici il y a de quoi en rire un peu ! Notre petite mascotte que j'appelle moi, Bidule, Bidule viens ici, viens, nous donner le bon chemin, nous sommes perdus, tu le sais toi ? Ou nous nous perdons, donne nous le bon chemin à suivre.

     

    D'un vallon à l'autre, d'un chemin à l'autre, nous nous trouvons bientôt d'avoir fait deux bonnes heures et demi de marche, puis nous arrêtons pour le casse croute, fruits frais épluchés au couteau, nous laissons les épluches pour les animaux qui viennent derrière, parfois sangliers, parfois biches, parfois des oiseaux qui picorent.

    A un carrefour nous voyons des panneaux à grandes circulations qui nous amusent sur ces chemins de terre, et nous indique Rochefourchat, petite village de quelques demeures, ou vivent 6 personnes en résidence secondaire et une seule en principale.

     

    Bidule est près de nous, il nous suivra tout le long de la balade, un chien de chasse, qui doit apprécier d'accompagner les randonneurs et leurs montrer le chemin à prendre. Nous traversons vallons, rivières, et ravines parfois nous nous perdons dans la brousse, des arbres et arbustes, pas de chemin en vue, ou erreur de parcours. Il est là, à l'ombre, je le cherche, je l'appelle, il vient près de nous, lappes un peu l'eau au passage de la rivière ou des flaques d'eau, parfois un reste de neige de la saison d'hiver qui resiste encore par le froid en exposition au nord. Il se lave, se baigne et ressort. Sitôt sorti, sitôt se secours dans tous les sens et asperge tout autour de lui.

     

    Pour terminer en bouquet nous avons encore deux montées de deux cent mètres de dénivelés coupés par un plat d'une bonne demi heure de marche douce.

    Dur dur pour moi, dans la montée, par temps chaud, sans vent dans ce coin à l'abri, et tout en montée, puis un plat, et une bonne descente pour finir.

    Bidule est content de retrouver, sa maison et tous ses amis de la ferme, là il nous a oublié et discute avec Mme la chèvre. Les poules batifoles, les lapins dans leurs clapiers. Nous nous déchaussons, posons le tout au fond du coffre de la voiture, un encas et repartons pour rejoindre notre petite maison à la ville.

     

    Ainsi notre dimanche, qui se conclut par beau temps, 24 kms 6 heures de marche

    Je rentrai du plus au Sud ou j'avais passée de bons moments d'un côté et de l'autre et j'en avais plein la tête, le mental qui est en ébullition quand il doit être au repos !

    Profitez de la vue, profitez de la vie, de l'instant présent qui s'offre à vous.

    Soyez zen et cool avec ce qui se vit et se joue autour de vous.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires