•  

    Bernadette Granet-Soler

     

    La tradition dit qu’en mars et avril, quelques jours ont été échangés pour pouvoir surprendre une vieille femme qui riait de mars, car il ne pouvait tuer aucun animal de son bétail:

    Mars, petit mars
    Tu ne m'as pas tué mouton
    ni jeune mouton.
    J'ai cent robustes moutons de deux ans en Cerdagne,
    tous avec des cornes d’un empan;
    cent brebis à L'Urgell,
    toutes avec leur agneau.
    Visage de chien,
    de Mars, du mois de mars
    que tu ne m'as pas tué
    chèvre ou agneau,
    truies ni pourceau,
    arri(expression pour exciter les animaux) là-bas, vieille peau.

    Mars, furieux, échangeât quelques jours avec Avril pour tromper la vieille femme et lui faire croire que le beau temps était déjà arrivé.
    Et ainsi, quand elle sortirait le bétail pour paître, trop confiante en elle, Mars ressortirait ses mauvais jours et lui tuerait la moitié de son bétail.

    Mars dit à avril:
    Gentil Avril,
    laisse moi un, laisse moi deux,
    laisse moi trois, laisse moi quatre,
    que cette vieille femme
    Je veux châtier.

    Et la tromperie a fonctionné.
    Et avec les vents violents et les giboulées de neige apportées par la tramontane des premiers jours d’avril, le vent violent dit à la vieille femme:
    Je ne suis pas le Gentil Avril,
    que je suis mars petit mars,
    Je vais te tuer tous les moutons
    et les jeunes moutons,
    jeunes agneaux et agneaux âgés,
    les truies et les pourceaux.
    Et si tu oublies,
    Je te tuerai , toi et tout au bord du feu.

     

    Et c’est la raison pour laquelle les derniers jours du mois de mars le temps est agréable et la température s’adoucissent, car ce ne sont pas les jours de mars, mais d’avril.
    Et quelques jours après le début du mois d'avril, quelques uns gibouleux et mauvais, qui sont ceux que mars avaient donné à avril en compensation ceux qu’il lui avait laissés.
    De cette semaine variable, on l’appelle la semaine de la vieille.

     

     


    1 commentaire
  •  

    Bonjour Nous vivons une période de repli vers l'intérieur, mais cela ne nous empêche pas

    pour autant de contempler la beauté du territoire ! Un petit cadeau de la nature en ce mardi :

    une belle photo de pêchers en fleurs .

    Bonne journée à vous tous qui passaient sur mon blog et les autres. Amicalement Bonne journée à vous tous qui passaient sur mon blog Bien amicalement 

     


    3 commentaires
  • Un regard profond et neuf pour guérir de nos peurs.

    Les heures que nous vivons sont probablement une opportunité exceptionnelle pour revenir à ce qui fait la spécificité de l'espace humaine: la possibilité de penser, de se représenter la mort, l'avenir, le sens de la vie. Les temps que nous vivons sont des moments de peur et de crainte pour nous-mêmes, nos proches, amis, et tous ceux actuellement qui se battent pour vivre ou pour aider ceux qui souffrent.

    Bien au-delà de la question sanitaire posée par la crise actuelle, remontent en nous des questions latentes qui s'affichent en plein jour. Les périodes de troubles et d'anxiété transforment la réalité, reconfigurent la façon dont nous envisageons le temps présent. Nous nous questionnons: mais pourquoi donc cette épreuve mondiale alors que nous nous installions tranquillement dans le fantasme du transhumanisme ou des mirages de la science, ou plus prosaïquement dans un catastrophisme non moins insensé (Collapsologie). Pourquoi, mais pourquoi donc être réduits à "rester chez soi" alors que notre imagination débordante nous plaçait déjà au bord de toutes les possibilités à notre portée.

    Le déphasage de ce rêve trompeur ne fait qu'accentuer la cruauté de la réalité actuelle. D'ailleurs, combien de fois, me suis-je répété intérieurement, ces derniers jours: "Mais c'est quand même fou ce silence et ce désert de nos villes habituellement endiablées par une frénésie trépidante".

    Oui, c'est peut-être l'heure, plus que jamais, de revenir à la question centrale: que fais-je ici en ce moment à attendre la fin d'un mondial confinement, mais qui suis-je donc, à surveiller la température du monde et la respiration du poumon de l'humanité en danger.

    Je vous invite à écouter le fichier ci-dessous. Il rapporte les paroles d'un homme porté par le souci de donner le meilleur de son expérience et de sa réflexion. J'aime beaucoup ses écrits, son style, sa pureté d'expression et sa profondeur de pensée.

    A l'écoutant ce matin, je sentais vibrer en moi, et dans la nuit autour de moi, un réconfort et un apaisement. Peut-être que ces paroles vous diront quelque chose qu'on n'entend pas dans les médias en ce moment: "seul un regard profond et lucide peut transformer nos peurs et guérir notre crainte de la mort"(1).
    MM

    (1) Thich NhatTanah: "Il n'y a ni peur ni mort", Pocket, Spiritualités, 2005, p.31-35.


    7 commentaires
  • L’image contient peut-être : texte


    2 commentaires
  • Aurore Lumière

    Joelle P. 26 03

    À la Culpabilité, l’Amour répondrait que tu as fait de ton mieux, avec les possibilités présentes à cet instant.

    À l’Agressivité, l’Amour répondrait que tu es en sécurité et que tu n’as pas besoin de te défendre pour être entendu(e).

    À la Jalousie, l’Amour répondrait que tu es en mesure de percevoir ce qui te manque en toi afin de pouvoir le manifester.

    À la Frustration, l’Amour répondrait que tout est juste et que tu peux enfin observer ce qui est réellement important pour Toi.

    À la Tristesse, l’Amour répondrait qu’il est tant de laisser s’envoler le passé et que seul ce qui se déploie sous tes pieds à présent mérite ton attention.

    À la Solitude, l’Amour répondrait que tu n’es jamais seul(e) et qu’il suffit de demander à l’Univers de t’envoyer du soutien pour être entendu(e).

    À la Méfiance, l’Amour répondrait que nul ne peut connaitre ce que cache le coeur de l’Autre, mais que lui seul a le pouvoir de s’y relier.

    À l’Indécision, l’Amour répondrait qu’il n’y a pas de mauvais choix et que la seule voie à suivre est celle de ta Joie.

    À la Paresse, l’Amour répondrait qu’il suffit de raviver la flamme dans ton Coeur, afin d’éveiller un nouvel élan en Toi.

    À l’Inquiétude, l’Amour répondrait que nul ne sait ce dont sera fait demain et chaque scénario que tu projettes ne refléteras jamais la Vérité.

    À la Vulnérabilité, l’Amour répondrait que c’est une porte pour le retrouver, que chacun peut emprunter avec courage.

    À l’Impuissance, l’Amour répondrait que tu ne possèdes pas encore toutes les clés mais qu’avec un engagement envers toi-même, tu peux les retrouver.

    À l’Ennui, l’Amour répondrait que les stimulations extérieures ne sont que des reflets de ce que tu peux manifester à l’Intérieur.

    À la Peur, l’Amour répondrait qu’elle sera toujours a tes côtés, mais que tu as la capacité de la conserver près de toi comme une vieille amie, messagère de ce qu’il te reste à transformer…

    Alors, dans tout ce qui te traverse actuellement, que répondrait l’Amour ?


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires