•  

     Aujourd hui je vous amène vers  l ermitage de Força Réal 

     

    Força Réal désigne un piton rocheux surplombant tout le Roussillon. Du haut de ses 507m d'altitude, la vue s'étend du cap de Port- Vendres jusqu'à Leucate, avec un panorama s'étalant de la vallée de l'Agly à celle de la Têt. C'est sur cet emplacement stratégique servant de repères aux marins que les comtes du Roussillon bâtirent une tour à signaux, en rapport avec celle de Tautavel

     

     SENTIER BOTANIQUE DE FORCA REAL | MILLAS - MILLAS

    L'ermitage de Força réal est une construction faite à cette usage. D'habitude les ermitages du Roussillon étaient issus d'anciennes chapelles castrales ou d'églises désaffectés, mais ce n'est pas le cas ici.

    De nos jours c'est un très bel édifice au sommet de la colline, offrant une vue magnifique sur toute la plaine du Roussillon, la mer, les Albères, la vallée de la Têt et les Corbières. Les montagnes de Cerdagne se détachent vers l'Ouest, en particulier le Madres. C'est d'ailleurs la principale raison pour laquelle on vient par ici, pour profiter d'une belle balade dans les chemins, sur les sentiers, et grimper lentement jusqu'à ce point culminant typique de la région. La route pour y aller est bien sûr plus rapide, plus fiable, mais elle est assez triste, c'est une route, quoi. Les chemins alentours sont plus dans l'idée de faire de la randonnée. Attention toutefois, le pic est abrupt, et même si à aucun moment on ne doit réellement grimper (au sens escalade du terme), les chemins montent beaucoup.

    Força Réal | Espaces naturels 66   Il y a régulièrement des cérémonies ici. Les fêtes de la Vierge donnent lieu à des cérémonies le 14 août en soirée (veillée mariale et descente aux flambeaux), le 8 septembre (la Vierge est fêtée dans les 3 paroisses de Millas, Corneilla la rivière et Montner) et tous les vendredi saints. D'ailleurs ce sont toujours les habitants de ces trois paroisses qui organisent, de temps à autres, la restauration de l'ermitage. La dernière date de 1987-1988 sur l'initiative de l'association Notre Dame de Força Réal.

    Au XXe siècle, la position du piton rocheux fut la motivation pour la construction d'un relais hertzien qui arrose l'ensemble de la plaine du Roussillon. Honnêtement, ce n'est pas ce qu'il y a de plus beau dans la région, mais c'est fonctionnel, au moins.

     Les plus beaux points de vue en Pyrénées-Orientales

     

    Au traité de Corbeil en 1258, les nouveaux maîtres du Roussillon (les rois d'Aragon, puis de Majorque), construisirent un château qui entrait dans le dispositif de défense de la frontière Nord de la région. Il complétait la ligne composée du château de Salses et d'Opoul entre autres. Ce château fut surnommé "le château royal", ce qui a donné en catalan de l'époque "Força Réal".

    Il fut construit par Nunyo Sanch. On sait qu'il fut occupé en 1343 par le roi d'Aragon Pierre IV le Cérémonieux qui mit fin au royaume de Majorque. Dès le début du XVe siècle le château perdit de son importance. Sa mission fut de servir de vigie, dernière mission avant que le traité des Pyrénées ne viennent le démanteler définitivement. Concrètement, le château était construit sur l'actuelle emplacement de télécommunication.

    En 1693, le château et la tour furent définitivement détruits, il n'en reste plus rien aujourd'hui. Commence alors l'histoire de l'ermitage.

     Força réal ...

    L'ermitage

    Son histoire commence le 19 avril 1693. Par acte de concession Noble dona Joana de Ros, baronne de Montclar, dame de Millau, usant de son droit de propriété, concède au révérend François Bobo, prêtre de la paroisse de Pézilla, le privilège de construire sur le territoire de Força Réal une chapelle dédiée à la Bienheureuse Vierge Marie. L'édification de la chapelle dura probablement quelques années. La première cloche fut bénite le 23 juin 1708 par le révérend père Gabriel Bruguera, curé de Millas. Les restes de la tour à signaux servirent de base à la construction de l'absidiole. La chapelle était entourée de plantation qui permettaient à l'ermite de vivre en autonomie (vignes, vergers, potagers)

    L'année 1714 vit s'accomplir deux faits importants :

    • L'établissement de la procession annuelle de la paroisse de Millas, afin de conjurer les orages accompagnés de grêle qui, par vent de Nord, s'abattaient sur la plaine.
    • Le décès de la baronne de Montclar.

    FORCA REAL - Location appartement Le Barcares

    Après la révolution en 1791 l'exercice du culte y fut suspendu ainsi que les processions annuelles. Le site, occupé par les soldats républicains, fut pillé, dévasté et laissé en partie ruiné (1817). Le grand intérêt porté par les habitants de Millas à ce sanctuaire suscita sa restauration en 1819. La réouverture et la bénédiction de la chapelle eurent lieu le 23 octobre 1822. C'est à cette date que les processions reprirent.

     

    Le sentier botanique en boucle permet de découvrir les différentes espèces qui composent la forêt méditerranéenne ainsi que la flore du Roussillon. Le sentier est agrémenté de 45 plaques botaniques qui vous permettent de découvrir la végétation. Superbes vues sur 360° du Canigou à la mer depuis l’ermitage et le relais télévision. Rando fiche téléchargeable. 3.500 km 1.30 h de marche 200 m de dénivelé IGN TOP25 2448 OT

    Ermitage de Força Real - balade dans les Pyrénées Orientales

     

    Du haut de ses 507m de hauteur, le belvédère de Força Réal offre un panorama à 360° sur l’ensemble du Département à couper le souffle! Entre la vallée de la Têt et celle de l’Agly, ce promontoire abrite un ermitage du XVIIe siècle, ancien château devenu chapelle. Un sentier botanique de 3km promet une balade à travers la garrigue méditerranéenne : oliviers, pins, cistes, chênes …

     

    https://www.tourisme-occitanie.com/destinations/regions-d-interet/pyrenees/boucle-forca-real/ randonnée en boucle

    Força Réal — Wikipédia

     Merci de votre visite à demain .....

     


    6 commentaires
  • Aujourd hui je vous amène en visite vers Font Romeu 

    La Chapelle de l’Ermitage

    DSC_0065smallerLa chapelle primitive, de modestes dimensions, ne pouvant plus accueillir les nombreux pèlerins, décision fut prise d’agrandir le sanctuaire. Les travaux débutèrent en 1678 : tout d’abord le gros-œuvre, dans sa configuration actuelle, si ce ne sont les contreforts édifiés plus tardivement, pour une meilleure stabilité de l’ensemble.

    DSC_0006smallerLe retable de Josep Sunyer construit de 1704 à 1707

    C’est en 1704 que l’on confia la construction du retable de l’autel majeur au sculpteur Catalan Josep Sunyer, originaire de Manresa. province de Barcelone. Ses réalisations antérieures (Prades, Collioure, …) confirmaient qu’il était homme de grand talent. Ce retable, en bois, fut ensuite doré et peint par l’atelier Escriba de Perpignan. « œuvre d’exception », « sommet de magnificence », « fleuron de l’art baroque catalan », telles sont quelques-unes des citations relevées auprès de spécialistes férus d’art baroque.

    Le camaril

    Détails de peinture d'un ange
    Ce sont aux mêmes Josep Sunyer et Escriba auxquels sera confiée, après transformation de l’ancienne Chapelle, la décoration d’une petite pièce de réception dédiée a la Vierge, le camaril (cf. photo ci-contre : un des quatre anges musiciens du camaril). Chef-d’œuvre incontesté, véritable joyau, unique par la valeur artistique des sculptures et par la richesse de ses ors et polychromies, le camaril de Font-Romeu est considéré comme le plus merveilleux qui soit visible en France.

    DSCF6779reframedExemple d’un panneau représentatif des ex-voto restaurés et mis en présentation par le C.C.R.P. des Pyrénées-Orientales.

    Les murs de la chapelle abritent également deux autres retables, de factures différentes qui retiennent l’attention des visiteurs tout aussi sensibles à la présentation des « ex-voto » – récemment restaurés – témoignages de reconnaissance rappelant pour la plupart un vœu de guérison adressé a Notre-Dame de Font-Romeu ou représentant la catastrophe à laquelle on a échappé par son intercession.

    La fontaine

    DSC_0060smallerÀ l’extérieur, on remarquera la fontaine adossée au mur méridional de la chapelle, et la modeste piscine recevant les eaux réparatrices rappelant les vertus miraculeuses que leur attribuaient nos ancêtres.

    Les bâtiments annexes

    batimentQuant aux bâtiments annexes, ils sont de nos jours un bel exemple d’unité et d’harmonie, d’autant plus remarquables qu’ils furent construits, en plusieurs tranches, sur une période de près de 200 ans (1678-1876), pour répondre à la demande d’hébergement des pèlerins toujours plus nombreux.

     

     

     

    Un peu d histoire 

       La lumière de Dieu: Font Romeu  Le mot « romeu » désigne en patois un pèlerin de Rome et de manière extensive tout pèlerin. La Font-Romeu signifie ainsi la fontaine du pèlerin. La source se trouve derrière le maître-autel, sous la niche où fut découverte, en 1113, la statue de Notre-Dame. Cette découverte fut rapportée par le curé de Font-Romeu au XVIIIe siècle :

       Ermitage Notre-Dame, à Font-Romeu-Odeillo-Via (66120)  « Un troupeau de gros bétail d’Odeillo était en dépaissance, sous la garde d’un bouvier. Or il arriva qu’un taureau s’esquivait fréquemment du reste du troupeau et se rendait auprès d’une fontaine, creusant avec feu le sol et poussant des beuglements extraordinaires. Le bouvier mettait tout en oeuvre pour le rappeler de peur qu’il ne s’égarât. Poussé à bout, le bouvier allait un jour déchaîner contre lui sa fureur et ses coups lorsque, au sentiment de colère qui l’anime, succède la curiosité. Il observe alors le taureau et découvre dans la fontaine l’image de la Vierge que le taureau avait tant de fois signalé. Transporté de joie, il court vers la paroisse d’Odeillo annoncer le miracle. La communauté d’Odeillo rendit grâce à ce miracle en construisant une chapelle en ce lieu. »

      Le calvaire � #Font-Romeu-Odeillo-Via #66 #66120   En 1001, le comte de Cerdagne, Guifré, fonda sur les contreforts du Canigou le magnifique monastère de Saint Martin qu’il dota en 1007 de toutes les possessions d’Odeillo, d’Egat et de Targasonne. C’est depuis ce haut-lieu que la dévotion à Marie se répandit alentours. A Font-Romeu, l’église primitive fut élevée en 1035 par le même Guifred, comte de Cerdagne. Elle fut agrandie, par étapes, de 1535 à 1686. Le clocher fut surélevé en 1730 et les contreforts montés en 1741.

          RELIGION VIERGE / Belle Notre Dame De Font Romeu En Bronze Dore - EUR 39,95  | PicClick FR La statue de Notre-Dame dut être confiée aux habitants d’Odeillo, qui acceptèrent cependant de la céder au sanctuaire de Font-Romeu, de la fête de la Trinité jusqu’au 2 juillet, fête de la Visitation. C’est ainsi que des processions, appelées Aplechs".

       Actualités & Évènements – Perpignan Catholique   Les principaux aplechs étaient ainsi le dimanche de la trinité (« El Pajar ») et le 2 juillet, fête de la visitation, mais aussi le 3e dimanche après la Pentecôte (« Canta » des malades), le 4 août, fête du couronnement de Notre-Dame, le 15 août, fête de l’Assomption et le 8 septembre, fête « del Baixar », devenue fête de Font-Romeu.

    Le bienheureux pape Pie IX dota ce pèlerinages d’indulgences plénières, aux pèlerinages des 24 juin (fête de saint Jean-Baptiste), le 2 juillet, 15 aout et 8 septembre.

        Ermitage Notre-Dame (Font-Romeu-Odeillo-Via) : 2021 Ce qu'il faut savoir  pour votre visite - Tripadvisor  Le couronnement de la Vierge et de l’Enfant Jésus eut lieu les 4 et 5 août 1926 , en présence d’une foule considérable, sous la présidence du cardinal Louis Dubois, archevêque de Paris.

     

    Les principaux pèlerinages à Notre-Dame de Font-Romeu (Pyrénées-orientales) se déroulent chaque année les 2 juillet, 15 août et 8 septembre, ainsi que le dimanche de la Sainte Trinité : elle quitte alors sa résidence principale, l’église paroissiale d’Odeillo, pour être « montée en estive » à l’Ermitage. Elle y est alors vénérée jusqu’au 8 septembre, fête de sa Nativité. Le dimanche le plus proche de cette fête de la Nativité, elle revient à Odeillo, en une procession forte de nombreux pèlerins et de l’évêque du diocèse.

     

    Le classement MH  Découverte, selon la légende, dans la forêt de la Calme. Un bouvier, excédé par le comportement de son taureau qui quittait le troupeau pour aller  creuser le sol auprès d'une fontaine, alla à la rencontre de son animal pour le corriger; il découvrit alors l'image miraculeuse. Ce récit est sculpté par Josep Sunyer sur la prédelle du retable baroque du maître-autel de la chapelle de l'ermitage de Font Romeu . Le dimanche de la Trinité, la statue, habillée et couronnée, est portée en procession de l'église d'Odeillo à l'ermitage où elle occupe le centre du retable de juin à septembre. Pour la Nativité de Marie, elle est ramenée à Odeillo (el baixar) et remplacée par une autre statue, la Masovera. 

     

    Notre Dame de l'Ermitage Font-Romeu | Pro Fide Catholica 

    Merci de votre visite à demain 

     


    9 commentaires
  • Aujourd hui je vous amène vers l Ermitage de Domanova qui domine la vallée de la Têt

    Rodés, Les quatres consuls, Mas de l'Escape, Ravin des Canaoutes, N.D de  Domanova

    Perché au sommet d’une colline dominant la vallée de la Tet, l’ermitage de Domanova, source d’inspiration du poète Francis Catala, illustre la dévotion populaire du Conflent, au travers notamment de son retable issu de l’atelier Sunyer.
    Le retable de la Vierge, retable à panneaux peints d’origine gothique remanié au XVIIe siècle, a été restauré récemment.
    Une des salles de cet ermitage abrite une collection d’ex-votos peints sur bois, datés du XVIIIe siècle.

     

    La chapelle de Domanova            Perfect picnic at the Ermitage de Domanova near Ille sur Têt

     

    L'ancienne paroisse de Crozes

    Le nom de Domanova provient de Doma-Nova, ce qui signifie "la maison neuve".

    A l'origine un village, Crozes, s'étendait au pied de la colline de Domanova.

    Un seigneur local fit bâtir un château sur le sommet de cette colline, qui n'était en fait qu'une maison plus solide que les autres et surtout surveillée. C'était elle, la "maison neuve". On y avait adjoint une chapelle.

    Durant le Xe et XIe siècle les habitants de Crozes vivaient sous la protection de ce château, dont on a retrouvé une traces écrites dans un document datant de 942. Mais la protection n'était pas assez efficace, aussi a t-il été décidé de construire un deuxième château sur le versant Nord de la vallée de la Têt : le château de Rodès.

    Dès qu'il fut fini (en 1080 le château de Rodès était terminé) la population parti pour Rodès, délaissant Domanova qui devint une paroisse fantôme, puisque jusqu'en 1571 elle conserva le titre de paroisse. Le second fils de Raymond II de Canet a porté le nom de Pierre de Domanova.

     

    On retrouve cette chapelle durant cette période à plusieurs reprises : En 1293 sous le nom de Ecclesia Sanctae Mariae, puis en 1329 sous celui de Parrochia Sanctae Mariae de Domanova.

     

    Programme et Animations des Journées du Patrimoine 2016 pour la commune de  ESPIRA-DE-CONFLENT (66320) - Un site du Réseau ProXiti       L'ermitage de Domanova

    Ainsi délaissée, l'église de Crozes subira en 1580 les invasions des huguenots français. Certains huguenots, poursuivit en France suite au massacre de la St Barthélémy, se sont ligués et ont commis des exactions en Roussillon et Conflent durant quelques années. Domanova sera pillée et sérieusement abîmée à cette occasion, l'ermite sera même assassiné.

    Le XVIIe siècle fut celui de l'essor des ermitages. Cette pratique ancestrale (déjà pratiquée au IXe siècle en Catalogne Sud) se développa rapidement. Toutes les anciennes chapelles, qu'elles soient d'origine paroissiales ou castrales, furent réhabilitées. On les modifia et on construisit des bâtiments annexes pour accueillir l'ermite. Ce fut le cas de l'ancienne église de Crozes, qui apparaît sous le vocable de Nova constructio de la capella en 1648, puis de Hermita de Nostre Senyora de Domanova en 1688, ce qui prouve sa réhabilitation.

    A cette occasion une deuxième nef fut construite, parallèle à la précédente, et le mur Est fut reconstruit pour soutenir le logement.

    Messor capitatus et la religion dans les Pyrénées Orientales: ermitage  Domanova RODES 

    Les ermites du Roussillon, entre les XVIIe et XVIIIe siècle, n'étaient pas du tout des religieux vivants isolés, ils étaient au contraire des membres de la société civile catalane. Ils étaient physiquement accessibles, et détenaient un bien précieux : le savoir. Ils représentaient la connaissance, le bon sens, et on les respectaient pour ça. Les habitants de la région allaient les rencontrer pour résoudre des problèmes de moralité en particulier.

    Mais cette situation ne dura que jusqu'à la révolution française. En 1790 la toute jeune république vota une loi qui déclarait que les biens de l'Eglise étaient des possessions de l'Etat. Ainsi tous les édifices religieux qui n'étaient pas le siège d'une paroisse furent vendus comme biens d'Etat, ce qui était le cas de Domanova. La chapelle fut rachetée par la municipalité de Rodès.

               Domanova         Domanova     Les incontournables

    Quelques années plus tard les lois anti-cléricales furent assouplies, les ermitages purent réouvrir au culte. Domanova put le faire dès 1806 où elle apparaît comme une annexe de Rodès. Un nouvel ermite prit place dans la chapelle, un ermite moderne, issu de la dernière génération des ermites. Ils étaient n'étaient pas des religieux mais des laïcs, s'habillaient donc en tenue catalane et plus en bure. Ils poursuivaient leurs rôles de quêteurs mais n'avaient plus l'aura d'autrefois. Dans les années 50 le dernier ermite disparut et cette étrange activité avec.

    rodes rodès 66320           Domanova     Domanova 

    La chapelle sera restaurée pour la dernière fois en 1996. Pendant l'été elle accueille les personnes désirant faire une retraite religieuse. La chapelle possède de nos jours une collection d'ex-voto peints sur bois (datée du XVIIIe) ainsi qu'un retable fait par Joseph Sunyer, le retable de la Vierge à l'enfant. Citons enfin le fait que Domanova a été la principale source d'inspiration du poète Francis Catala.

                 Ajouter au dossier de favoris Retirer du panier Envoyer par email Plus  Annuler Image Intérieur de la chapelle de l'Ermitage de Domanova Delpoux,  Dominique | Cote : NUMERIQUE Descripteurs : RODES ; VIERGE ; TABLEAU ;  AUTEL ; CHAPELLE ...           Ermitage de Domanova 

     

    Comme la forme de son clocher le prouve, l'ermitage de Domanova avait initialement trois cloches. L'une a disparu pendant la 1ere guerre mondiale, probablement fondue pour en faire des canons. Une seconde a été remplacée récemment : Elle porte le nom de Michel. Quand à la troisième, on ignore ce qui lui est arrivé.

                           

                        Messor capitatus et la religion dans les Pyrénées Orientales: ermitage  Domanova RODES                         Visite de l'église de ND de l'Assomption et de l'ermitage de Domanova -  lindependant.fr

     

    L’édifice actuel date du XVIIe/ XVIIIe siècle. C’est un des plus importants ermitages du Conflent. Il est sous la protection de la Vierge, les aplecs y sont nombreux.

     

    Primitivement, l’église était divisée en deux nefs, l’une dédiée à Saint-Michel l’autre à la Vierge. Le retable de l’époque gothique conservé sur le côté de l’actuelle nef nous donne les dimensions approximatives d’une des anciennes nefs. L’ermitage a été endommagé dans le contexte des guerres franco-espagnoles. Des familles locales ont contribué à la réparation de l’édifice, lui donnant sa forme définitive à la fin du XVIIe siècle. Un retable à la mode post-tridentine est réalisé au début du XVIIIe siècle. Il a été conçu pour accueillir la statue gothique de l’ancien retable qui est présenté sur le côté de la nef. Ce dernier a été considérablement repeint, les scènes évoquent les principaux épisodes de la vie de Marie. Certains thèmes sont repris sur le retable du maître-autel. La chapelle latérale à gauche du chœur conserve un retable XIXe dédié à saint Michel.

                      rodes rodès 66320

     

     

    Les peintures murales réalisées au XIXe siècle par Oromi relatent des épisodes importants de la vie de l’ermitage comme la découverte de la statue de la Vierge et la « restauration » en 1869 de la statue médiévale (XIVe/XVe siècle). Un ensemble d’ex-votos réalisés entre le XVIIe et le XVIIIe siècle pour la plupart est conservé avec deux « capelletes » (objets portés par l’ermite autour du cou qui présentent des représentations sculptées ici de la Vierge à l’Enfant et de la scène de l’Annonciation) dans une salle jouxtant la nef. L’ermitage de Domanova est un de ceux où l’on peut le mieux ressentir la dévotion populaire dans les anciens comtés nord-catalans.

    Nos traditions Catalanes de Pâques     Ex-voto peints de Provence, un monde de catastrophes !      les coutumes et le folklore catalan

       http://jeantosti.com/histoire/domanova.htm ce lien vous parlera de l histoire de Domanova

    Situation et accès

    Domanova est un ancien lieu d'habitation situé sur une colline de la vallée de la Têt en entrant dans le Conflent, sur la gauche. A l'arrière de la colline se trouve Joch, à l'avant de RodèsCoordonnées GPS : 42.63639 N, 2.55806 E.

     

    Nos traditions Catalanes de Pâques   Le Blog de Rosie vous parlera des traditions catalanes en Roussilon http://www.rosiedauve.com/2020/04/nos-traditions-catalanes-de-paques.html 

    Pour les randonneurs, je vous mets ces quelques liens qui vous seront utiles

    https://ignrando.fr/fr/parcours/fiche/details/id/401403 circuit rando 

    https://ignrando.fr/fr/pointsinteret/fiche/details/id/401659 ign rando

    https://monumentum.fr/eglise-notre-dame-domanova-pa00132617.html comment y acceder 

     

    https://fr-fr.gps-viewer.com/tracks/9n8/Randonn%C3%A9e-vinca-ermitage-de-doma-nova/ idee rando Ille Domanova en boucle 

    http://randonnees-pyrenees-orientales.e-monsite.com/pages/pyrenees-orientales/conflent-bas/rodes-les-quatres-consuls-mas-de-l-escape-ravin-des-canaoutes-n-d-de-domanova.html une rando 

     

    Les incontournables      Merci de votre visite à demain ......

     

     


    9 commentaires
  •  

    Aujourd hui je vous amène vers ND de Consolation qui est un ancien ermitage comprenant une chapelle,

    Ermitage Notre Dame de Consolation - Photo de Ermitage Notre Dame de  Consolation, Collioure - Tripadvisor   situé face à la mer Méditerranée, sur les hauteurs de Collioure

    C'est un bâtiment bien connu des habitants qui y trouvent là un havre de calme, surtout l'été.

     

    Ermitage Notre Dame de Consolation à Collioure          Un temple dédié à Neptune, puis à Poséidon, a été dressé par des marins à cet emplacement, La colline sur laquelle est installé l'ermitage est réputée pour ses sources ; la plus proche se trouve à 50 mètres au nord de la chapelle, et s’écoule à travers une construction de maçonnerie datée de la restauration de 1811

    album photos de la randonnée du vendredi 06 avril Perdiguer Chemin de l'eau  Mollo Notre Dame de Consolation Collioure Saint Elme - Les randonnées  pédestres d' EVASION CATALANE           La chapelle est édifiée au XIIème siècle par des moines dominicains et cisterciens. et entre 1582 et 1585 des observantins résidaient en ce lieu. 

         Un document a été retrouvé dans lequel est stipulé le lieu de Maria de Consolacio en 1496. puis en 1549 comme étant une « chapelle d’ermite » (capella heremitana). L’ermitage est bâti au XVIIème siècle.

    Ermitage Notre Dame de Consolation à Collioure   A l'origine, les historiens pensent qu'il pouvait exister sur cet emplacement un lieu de culte païen. Sa construction date du XVIIème siècle. Elle correspond à l'essor des ermitages. Les Colliourencs venaient en pèlerinage et, notamment, lors des périodes de sécheresse priant pour le retour de la pluie. 

     À l'ermitage Notre-Dame de Consolation à Collioure - Balades en Pyrénées     Le sanctuaire principal est composé d'une nef avec deux chapelles latérales,

    l'une dédiée à saint Ferréol et l'autre au Crucifix. Il a une longueur de 16,50 m et une largeur de 4,40 m.

     

     Fichier:Collioure-chapelle-consolation.JPG — Wikipédia                             


    On trouve à l'autel un retable du XVIIIème siècle (classée à titre d’objet aux monuments historiques),

    et derrière un camarill où l'on conservait les trésors de la chapelle

     

    Ermitages du Roussillon : l'ermitage Notre-Dame de Consolation -  Anne-Françoise Mare - FeniXX réédition numérique (Les éditions du cadran) -  ebook (ePub) - Sauramps     La chapelle abrite de nombreux ex-voto en tous genres (cheveux, médailles, modèles réduits de bateaux, et même un crocodile empaillé)

    Photo à Collioure (66190) : Ermitage Notre-Dame de Consolation - Collioure,  233895 Communes.com     Le XVIIe siècle fut celui de l'essor des ermitages.

    Cette pratique ancestrale (déjà pratiquée au IXe siècle en Catalogne Sud) se développa rapidement.

    Toutes les anciennes chapelles, qu'elles soient d'origine paroissiales ou castrales, furent réhabilitées.

    On les modifia et on construisit des bâtiments annexes pour accueillir l'ermite.

    Ce fut le cas de l'ancienne église de Consolation.

    Location de chambres de vacances à Collioure     Les ermites du Roussillon, entre les XVIIe et XVIIIe 

    siècle, n'étaient pas du tout des religieux vivants isolés, ils étaient au contraire des membres de la société

    civile catalane. Ils étaient physiquement accessibles, et détenaient un bien précieux : le savoir.

    Ils représentaient la connaissance, le bon sens, et on les respectaient pour ça. Les habitants de la région

    allaient les rencontrer pour résoudre des problèmes de moralité en particulier.

        Mais cette situation ne dura que jusqu'à la révolution française.

    En 1790 la toute jeune république vota une loi qui déclarait que les biens de l'Eglise étaient des

    possessions de l'Etat. Ainsi tous les édifices religieux qui n'étaient pas le siège d'une paroisse furent

    vendus comme biens d'Etat, ce qui était le cas de Notre Dame de Consolation. 

     

        Quelques années plus tard les lois anticléricales furent assouplies,

    les ermitages purent ré ouvrir au culte. A Collioure, l'ermitage put le faire dès 1805. Un nouvel

    ermite prit place dans la chapelle, un ermite moderne, issu de la dernière génération des ermites.

    Ils n'étaient pas des religieux mais des laïcs, s'habillaient donc en tenue catalane et plus en bure.

    Ils poursuivaient leurs rôles de quêteurs mais n'avaient plus l'aura d'autrefois. Dans les années 50

    le dernier ermite disparut et cette étrange activité avec.

     

              Depuis le XIXe siècle Notre Dame de Consolation sera restauré deux fois.

    La première peu après sa réouverture, en 1811, la deuxième assez récemment, en 1975. Il contient de nombreux

    ex-voto ainsi qu'un retable du XVIIIe siècle, deux croix des XIVe et XVIe siècle (dans le cimetière).

    Il est entouré de nombreux oratoires.

     

     

             Après la Révolution Française, en 1791, le site fut vendu au notaire du village,

     Maître Xinxet, qui le revendit plus tard à un ensemble de dix-huit personnes. Les nouveaux propriétaires s'engagèrent

    à ne jamais vendre ou ne jamais diviser l'ermitage. Ils élurent même des administrateurs appelés pabordes. Il eut des ermites jusque dans les années 1950. Les pèlerinages se faisaient le 1er mai, le 18 août et le 8 septembre. 

     

        Ce lieu culte et de culte, à 4 km du centre de Collioure, se love dans un repli de

    moyenne montagne. Les hauts platanes offrent leur ombre, les tables à louer accueillent les grillades familiales

    des gens du pays et des visiteurs. La chapelle, particulièrement intime, contient des ex-voto de marins.

    On peut prolonger la halte à la chambre d'hôte.

     

         Accès piéton : 

     

     

    • A la sortie du parking du Glacis descendre jusqu'au rond-point. Passez devant le Temple Protestant

    • puis sous la voie ferrée. Continuer tout droit juqu'à la patte d'oie indiquant "Consolation" sur la gauche.

    • Vous passerez devant le premier oratoire. 

       

      •      Passez sous le viaduc et continuer tout droit vers l'oratoire

      • Sainte-Thérèse. Continuer à gauche, après le petit pont.

       

          Prendre le chemin pavé sur la droite qui mène à Consolation.

      • lien qui indique comment acceder à ND de Consolation 

      • https://www.collioure.com/collioure/ermitage-notre-dame-de-consolation/tabid/3955/offreid/20a09ab0-9876-438b-99bc-aec288674a7e

     

    Quelques randos en partant de Collioure ou ND de Consolation .... 

    https://www.visorando.com/randonnee-ermitage-notre-dame-de-consolation-conso.html

     

     

    https://images.lindependant.fr/api/v1/images/view/60b7e52e8fe56f14e535a366/large/image.jpg?v=1

     

     

    Entre mer et montagne :

     

    Vous pouvez vous y promener, venir pique-niquer, y boire un verre, un café ou encore un bon chocolat chaud ...

    Selon la saison le bar vous propose des planches à déguster ou bien encore des huîtres...

    Il est également possible de privatiser le lieu ou une partie de celui-ci pour vos séminairesmariagesbaptêmes ou anniversaires ...

    L'hôtel vous propose ses chambres accompagnées d‘ un petit-déjeuner en pleine nature...

    Notre ermitage est un havre de paix dans les hauteurs de Collioure… où vous pouvez vous promener dans un cadre en pleine nature, venir faire griller en famille, entre amis ou encore louer une chambre dans un endroit insolite.

    Pour y accéder :

    Prenez la sortie 14 direction D86 route de la Madeloc puis Ermitage N.D. de consolation.

    Merci de votre visite à demain .... 

     

     


    9 commentaires
  • Peut être une représentation artistique de 1 personne

     

    « Depuis que l'Évangile est apparu, rien ou presque rien de ce qui a été fait dans le monde

    occidental ne l'a été sans l'Église ou en dehors de son influence. Grâce au christianisme,

    la femme a obtenu sa promotion. La monogamie est devenue une institution. L'amour humain

    a été presqu'inventé. La liberté et l'égalité sont devenus un idéal indéracinable. La fin et

    la soif de justice sociale tenaillent le coeur de l'homme. Le "Rendez à César ce qui est à César

    et à Dieu ce qui est à Dieu" a fait son chemin. [...] Le judéo-christianisme a délivré le monde

    du poids de la fatalité. [...] L'Église a enseigné à l'homme que lui seul pouvait transformer

    le monde en transformant son propre cœur. Elle lui a donné confiance dans l'amélioration

    spirituelle dans la société. Elle lui a appris la fraternité universelle » (Henri Fesquet

    [journaliste du Monde], Le catholicisme religion de demain, 1962).

    Aujourd'hui on cherche à manipuler le génome humain et créer des chimères

    (être mi-humain, mi-animal). Qui pourra freiner les délires des apprentis-sorciers ?

    Comment stopper cette folie que l'on ose présenter comme un "progrès pour l'humanité" ?

    Ne serait-ce pas plutôt du côté d'une haine jalouse de Dieu qu'il faudrait interroger

    l'origine de leurs "recherches"?

    On ne peut pas taire qu'une grande partie de cette humanité ne s'inscrit pas du tout

    dans leur démarche. Et qu'elle en redoute même avec effroi les conséquences, irréversibles.

    Cela ne rappelle-t-il à personne les "Lebensborn" d'Adolf Hitler ?

    L'espèce humaine est-elle en train de programmer son suicide ?

    (Photo ©coll. cartes postales Stan Rougier)


    9 commentaires