• Peut être une image de texte

     

     [EXTRAIT 4 - MAGAZINE REGENERE]

    - L'ÉTAT DE CÉTOSE ET LES CORPS CÉTONIQUES -

    La spécificité des jeûnes prolongés réside dans le passage de l’organisme à l’état de cétose. La cétose est un état métabolique dans lequel l’organisme tire la majorité de son énergie de la production importante de corps cétoniques, alors qu’auparavant il carburait essentiellement sur le glucose. En effet, l’organisme et le cerveau s'alimentent d’abord des réserves glucidiques puis, une fois qu’elles sont épuisées, ils passent sur les corps cétoniques issus des réserves lipidiques, ce qui permet d’épargner les protéines musculaires qui étaient également utilisées en amont pour la synthèse de glucose.

    On appelle « cétogénèse » le processus qui génère les corps cétoniques au sein de l’organisme. Ils sont synthétisés dans les mitochondries du tissu hépatique à partir essentiellement des acides gras provenant de la dégradation des tissus adipeux (lipolyse) mais aussi des acides aminés dits cétogènes, comme la leucine. Il existe différents corps cétoniques, dont les principaux sont l’acide β-hydroxybutyrique (BHB) et l’acétoacétate (AcAc).

    L’entrée en cétose arrive en moyenne autour de 36 heures pour une personne en jeûne sec et autour de 3 jours pour une personne en jeûne hydrique. Les biochimistes Richard Veech et George Cahill ont démontré que les corps cétoniques imitent le travail de l’insuline dans le cœur et le cerveau, accroissent l’efficacité du fonctionnement métabolique, peuvent aider les cellules à résister au stress, diminuent la production de radicaux libres mais aussi qu’ils ont une action bénéfique sur l’Alzheimer ou Parkinson³.

    Plusieurs études ont aussi démontré les effets bénéfiques de corps cétoniques sur l’épilepsie. Des enfants comme des adultes épileptiques qui ne répondent pas favorablement aux traitements médicamenteux ont vu une réduction significative de leurs crises d’épilepsie, voire même une rémission complète, en suivant un régime cétogène, c’est-à-dire un régime induisant l’état de cétose⁴. Une petite étude a aussi démontré une amélioration des symptômes de la maladie de Parkinson après 28 jours de régime qui conduit à l’état de cétose⁵. L’état de cétose permettrait également d’améliorer le métabolisme et d’augmenter la sensibilité à l’insuline⁶.

    Attention à ne pas confondre l’état de cétose avec « l’hypercétonémie » appelée aussi « acidocétose » qui est un état pathologique dangereux. Cette pathologie touche notamment les diabètes insulinodépendant qui n’arrivent pas à utiliser correctement le glucose. La cétose en jeûne ne dépasse jamais 5 mmol/l.

    ____________

    Inscriptions pour le magazine encore ouvertes

    https://magazine-regenere.fr/?fbclid=IwAR2_XxkgrwUVG-300U2WuGLKF_KUVIUXIxu9ZxDz_0-6iCBC1aDFRWVhVLU

    tout ce que vous devez savoir avant de commencer un jeun 

    https://magazine-regenere.fr/?utm_source=pm-facebook&utm_medium=a1&utm_campaign=focus-jeune&utm_content=limites&fbclid=IwAR0JJ-CThTFo0fPJZ1TIfSmoR86ZhpnjzR0xMgHoOEWV5FmT5a_mXBZLniA

     

     

    [EXTRAIT 5 - MAGAZINE REGENERE]

    - FOCUS SUR LE JEÛNE SEC -

    Le corps perd chaque jour de l’eau et nous savons qu’une déshydratation de l'organisme peut être fatale. Ceci explique pourquoi le jeûne sec est perçu comme impossible et dangereux dans la croyance populaire, y compris pour certains spécialistes du jeûne à l’eau.

    Pourtant, c’est ignorer que le corps est capable de produire de l’eau de façon endogène en l’absence d’apport extérieur. C’est d’ailleurs le cas pour les chameaux qui ne stockent pas de l’eau mais de la graisse dans leurs bosses, ou encore les oiseaux migrateurs qui volent sans escale.

    Il a été démontré que les graisses se combinent à l’oxygène pour produire de l’eau et du dioxyde de carbone, ainsi 100 g de graisse produisent environ 110 g d’eau¹. On appelle « eau métabolique » l’eau créée à l’intérieur même du corps par oxydation des graisses principalement. Par comparaison, les protéines peuvent aussi être oxydées pour produire de l’eau mais ne donneront que 42 g d’eau pour 100 g de protéines.

    Les cellules graisseuses (les adipocytes) sont à la fois une source d’énergie permettant de compenser l’absence d’apport extérieur de nourriture mais sont aussi une source d’eau métabolique pour compenser l’absence d’apport extérieur de liquide. La compréhension de ces mécanismes explique pourquoi en jeûne sec tout est accéléré.

     

    ¹ Source : Metabolic Water and Desiccation, 1942 (Kenneth Mellanby) 

     

     Peut être une image de ciel et texte

     

    https://magazine-regenere.fr/?utm_source=pm-facebook&utm_medium=a2&utm_campaign=focus-jeune&utm_content=limites&fbclid=IwAR2x_broXFapTHKk1wbtOvTI3xjFQWVTAS9jnmU10rTUxGWjPc_wnAozbUc

     [EXTRAIT 9 - MAGAZINE REGENERE]

    - LES DIÈTES QUI SE RAPPROCHENT DU JEÛNE -
    Le Fasting Mimicking Diet (FMD), qui se traduit littéralement par la « diète qui mime le jeûne », est un régime développé par Valter Longo, gérontologue et professeur de biologie, spécialisé en biologie cellulaire et en génétique, très connu pour ses travaux sur le jeûne et la longévité. Il a développé cette approche particulière dans le cadre de ses recherches sur le rajeunissement et a démontré son efficacité lors de nombreuses études. Le FMD permettrait de bénéficier des effets du jeûne sans en subir les inconvénients (la faim, le manque d’énergie, les difficultés d’endormissement, etc.). C’est un régime hypocalorique représentant 750 à 1 100 Kcal par jour pendant cinq jours, suivi de deux jours d’alimentation normale. Selon Valter Longo, le FDM fournirait toutefois assez de calories pour être pratiqué sans danger. Il intègre une variété d’aliments suffisante pour plaire à la majorité des personnes et constitue une diète 100 % végétale, aussi efficace que le jeûne.
    Le FDM activerait les processus de régénération de l’organisme comme le fait le jeûne, augmenterait les performances cognitives et l’espérance de vie¹. Des résultats indiquent que le FMD entraîne une réduction de l’inflammation intestinale, augmente les cellules souches intestinales et favorise l’expansion du microbiote intestinal bénéfique, ce qui entraîne une amélioration des MICI (maladies inflammatoires chroniques de l'intestin)². Une étude comparant les sujets qui avaient suivi un régime sans restriction pendant trois mois à ceux qui avaient suivi le FMD pendant cinq jours consécutifs par mois pendant trois mois, a observé que le FDM est efficace pour réduire les marqueurs et les facteurs de risque liés au vieillissement et aux maladies liées à l’âge³. Les travaux du Dr Longo ont montré que, dans un modèle animal de sclérose en plaques, le FDM active les cellules souches, conduisant à la prolifération des précurseurs des oligodendrocytes (cellules productrices de myéline) et, amène ainsi à la création de nouvelles gaines de myéline sur les axones démyélinisés⁴.
    ________________ Peut être une image de 1 personne et texte
    INSCRIPTION POUR LE MAG JUSQU'AU CE SOIR MINUIT

     

    « »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 9 Mai à 07:23

    Bonjour Bérénice,

    Alors moi quand je "jeûne" c'est que je vais très mais alors très mal !

    Bon dimanche

    Bisou

    2
    Dimanche 9 Mai à 08:43

    Pas de problème d'hypercétonémie pour moi... j'ai pas du tout l'intention de jeûner, aussi bien sec que mouillé ! happy

    Bisous et bon dimanche

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :